Urban safari in Paris

 

Le temps d’une prise de vue, de drôles de créatures, mi-hommes mi-animaux, sont projetés sur les murs de la capitale. Rencontre avec Julien Nonnon, à l’origine de ce safari urbain, entre performance et street art.
Time for a shot, strange creatures, half-man half-animal, are projected on the walls of Paris. Meeting with Julien Nonnon, behind this urban safari, between performance and street art.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

De curieux personnages envahissent parfois les rues de Paris, des créatures mi-hommes mi-animaux. Lion, renard, loup, cerf ou autre biche au style résolument urbain, sont projetés sur les murs, le temps d’une photo.

« C’est une référence au Roman de Renard ou aux fables de la Fontaine, une façon de me moquer, gentiment, des corps humains. La mode est devenue un moyen de communication où chacun veut être unique et tout le monde se ressemble. » explique Julien Nonnon fondateur du studio de design Le3 et créateur de ce safari urbain.

Soirée projection

Graphiste autodidacte, le jeune homme réalise pour ses clients des sculptures de lumières et des video mapping. « Je pense un projet en fonction de la lumière, du mouvement et de la matière. Et à partir de là, je raconte une histoire. » C’est de cette façon qu’il a conçu ses personnages, créés à partir de photos prises dans la rue, de postures et de look observés. Ils sont ensuite associés aux animaux pour composer cette imagerie mixte.

Armé d’un video projecteur (transporté dans un caddie!) Julien sillonne, les rues de la capitale, en particulier celles de Montmartre où il a longtemps vécu, pour une soirée projection. « Cela me permet de revisiter Paris.» dit celui qui est maintenant installé en Suisse. Entre performance et valorisation de l’architecture, ses créations s’apparentent aussi à l’art urbain, même si cet homme de l’image avoue ne pas avoir de « culture street art ».

Chaque lieu choisi lui a inspiré un animal particulier « Le lion de la rue des Trois Frères, je n’avais pas envie de le voir ailleurs. Ce qui compte c’est la luminosité du mur dans la nuit» précise-t-il. Toutes les conditions doivent être réunies pour faire une bonne photo. L’artiste utilise une lente obturation pour que les mouvements de la ville deviennent un faisceau de lumière.

Photos cartographiés

Les photos ne sont pas retouchées. « J’aime l’imperfection, mais aussi que l’on puisse voir à travers les images projetées l’aspérité, les textures du mur ainsi que les graffs. » Chaque photo est datée, cartographiée pour une mise en contexte et diffusée sur le site de Julien Nonnon. Grâce aux réseaux sociaux, son safari urbain éphémère a fait le tour du monde. Une galerie d’Orlando, aux Etats-Unis, lui a commandé une douzaine de tirages pour une exposition. Il rêve déjà de projections animalières dans les rues de cette ville de Floride. « Car quel est plus bel espace que la rue comme galerie ! »

Aujourd’hui, Julien pense à créer nouvelles images dans d’autres villes ou quartiers. Il a fait des explorations à Ivry. « En banlieue, les lieux sont plus bruts cela m’intéresse. » dit-il.

In english

Curious characters sometimes are in the streets, creatures half-human half-animal. Lion, fox, wolf, deer or other deer resolutely urban style, are projected on the walls, the time of a photo.

« This is a reference to the Roman de Renard or the Fables de Jean La Fontaine, a way to make fun, nicely, human bodies. Fashion has become a means of communication where everyone wants to be unique and everyone looks like.  » Says Julien Nonnon Le3 founder of the design studio and creator of this urban safari.

Evening projection

Self-taught graphic designer, the young man realizes for its customers sculptures of lights and video mapping. « I think a project in terms of light, motion and matter. And from there, I tell a story. « This is how he designed his characters, created from photographs taken in the street, and look postures observed. They are then associated with animals to compose this combined imaging.

Armed with a video projector, Julien crosses the streets of the capital, especially those of Montmartre where he lived for many years, for a projection evening. « This allows me to revisit Paris. » Says one who is now based in Switzerland. Between performance and valuation of architecture, her creations are also similar to urban art, even if he admits to not having « culture street art ».

Each selected place inspired him to a particular animal « The lion of the rue des Trois frères i don’t want to see it elsewhere. What matters is the brightness of the wall in the night, « he says. All conditions must be met to make a good photo. The artist uses a slow shutter to allow movements of the city become a light beam.

Photos mapped

Photos are not retouched. « I love imperfection, but also that we can see through the images projected surface roughness, wall textures as well as graffiti. « Each photo is dated, mapped for contextualization and posted on the website of Julien Nonnon. Through social networks, its ephemeral urban safari went around the world. A gallery of Orlando, the United States, commissioned him a dozen prints for an exhibition. He is already dreaming of animal projections in the streets of this city in Florida. « For what is more beautiful than the street space as a gallery! « 

Today, Julien thinks creating new images in other towns or neighborhoods. He made explorations in Ivry. « In the suburbs, places are more rough »

Une réflexion sur “Urban safari in Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s