Streetphotography in New York

NYC est le meilleur endroit pour la photo de rue. Rich Docherty, photographe amateur et grand marcheur traque la bonne image celle qui ne manquera jamais de surprendre et de faire sourire.
For Rich Docherty, NYC is the best street photography city in the world. Self-taught photographer and great walker, he  tracks down the good image that never fail to surprise and make you smile.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

« Le challenge est de capturer et de préserver un moment qui ne se produira plus jamais. » explique Rich Docherty, photographe de rue acharné et auteur du blog NYC Snapped. Il arpente New York, sa ville depuis les années 80, quatre à cinq jours par semaine à la recherche du bon sujet et de la bonne photo. « C’est tout simplement instinctif, je vois, je shoote en une fraction de seconde. Je ne demande jamais la permission à personne. » dit Rich, scénariste de métier et auteur d’un roman pour jeune adulte « Dead as Dutch », est un autodidacte passionné.

L’humain est toujours au cœur de ses photos. Il est attiré par les choses « hors normes, excentriques, bizarres. » et fasciné par le côté sombre des comportements humains, sur les franges de la société. NYC est un terrain parfait pour cela, une muse qui n’en finit pas de l’inspirer. « C’est la meilleure ville en matière de photographie de rue et en premier lieu par la variété des gens qui l’habitent. Une ville remplie de tous les types imaginables de composants humains, du ridicule au sublime, et qui ne manque jamais de surprendre. » remarque Rich qui photographie aussi bien en couleur qu’en noir et blanc.

Au bon endroit au bon moment 

Pour lui le noir et blanc confère des images plus artistiques mais il n’a pas de préférences particulières. Ce qui compte ce sont les ombres profondes, les reflets du soleil, l’interaction des angles, « tout ce qui peut transformer une scène terne en quelque chose complètement différent. » précise cet admirateur de Garry Winogrand.

Il utilise un reflex numérique Canon 6D, 35mm, qu’il tient toujours de sa main droite pour un déclenchement rapide. Pendant ses longues marches quotidiennes, il ne shoote qu’entre 10 et 20 fois. « ce qui fait la différence est d’être au bon endroit au bon moment. Et comme dit Henri Cartier-Bresson : “Of course, it’s all luck,”Then good luck !

In english

« The challenge of capturing and preserving a moment that wilnever exist again in exactly the same way. » said Rich Docherty, a street photographer, autor of the blog NYC Snapped  He walks in New york, his city since the 1980’s, 4-5 days a week. He’s loooking for a good subject for a good photo. « Frankly, a lot of what I shoot is simply instinctual: I see, I react…nothing more complicated thanthat.  And all of this happens often times in a split second.  I never ask anyone’s permission. » explain Rich screenwriter and the author of a young adult fiction book called Dead as Duch.

He definitely tries to include a human element in his images. He likes the «  out of the norm.  Quirky., weird things » and fascinated by the darker side of human behavior, on the fringes of society. NYC is a perfect ground for this, a muse who never ceases to inspire. « The best street photography city in the world because of the variety of people that inhabit it.  It’s one big, crazy stew of a town filled with every imaginable type of human ingredient.  NYC never fails to surprise, never bores and offers a seemingly endless supply of the ridiculous to the sublime which, for street photographers, is a match made in heaven. » pick up Rich. He shoots in both color and black and white.

Right place, right time

In his black and white gives more artistic images, but it has no particular preferences. What matters are the deep shadows, reflections of the sun, the interaction of the angles, « where these factors might be able to help turn a dull scene into something almost completely different, especially with regards to mood.
  » says this admirer of Garry Winogrand.

He uses a Canon 6D SLR, 35mm, he still holds his right hand for a quick trip. During his long daily walks, he shoots between 10 and 20 times.  » Right place, right time makes all the difference. And as Henri Cartier-Bresson said: « Of course, it’s all luck, » « Then good luck !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s