L’art urbain, sur toute la ligne

Jordane, jeune artiste, dessine à la craie des courbes et des arabesques blanches, sur les murs de Paris et dans le métro. Rencontre avec un autodidacte, créateur urbain de lignes.

IMG_7425« Je suis un obsessionnel ! Je fais des lignes ! » dit en riant Jordane. Depuis six mois, le jeune homme recouvre les murs de la capitale de courbes et autres enchevêtrements dessinés à la craie. Ses trois lignes parallèles qui forment d’élégantes arabesques blanches, ont envahi Paris.

Le métro parisien est un de ses terrains de prédilection, surtout les stations en travaux qui offrent des surfaces adaptées à la craie. « A Châtelet, j’ai touché le béton, c’était magnifique ! Sur le bitume, la craie n’accroche pas pareil, il faut un support rugueux. » explique le jeune artiste. Il recouvre la station Concorde de ses courbes blanches. « J’y suis restée quatre heures. Les gens étaient enthousiastes, ils me disaient : enfin la RATP envoie des artistes ! »

La réalité est un peu différente. La position de la RATP est à géométrie variable, du laisser-faire à l’amende de 90€. «J’ai été verbalisé pour dégradation d’affiches publicitaires, à Réaumur Sébastopol, alors qu’il n’y avait aucune affiche, je vais contester et cela ne m’empêchera pas d’y retourner ! » précise Jordane.IMG_7427

150 fresques

Il aime travailler en plein jour et dialoguer avec les passants et en particulier avec les enfants à qui il réserve des bouts de craie pour qu’ils puissent dessiner à leur tour. Il aime l’idée d’une création éphémère si semblable à la vie. « Depuis six mois, j’ai réalisé 150 fresques à Paris, mais il n’en reste que quatre » dit-il un brin philosophe.

Jordane est autodidacte. Suite à un burn out, un ami lui conseille de dessiner. Au début, il gribouille puis « les trois lignes me sont apparues. Je les ai emmêlées, une ligne en appelant une autre. Aujourd’hui, c’est presque de la calligraphie, une sorte d’écriture automatique. »

IMG_7428Le jeune homme est souvent sollicité pour que ces œuvres de rue deviennent des tableaux. Mais il n’a pas encore trouvé le support adéquat car il ne souhaite pas vernir la craie. Pour l’heure, il rêve de pouvoir créer sur une immense surface mais aussi de faire des micros dessins dans des petits coins de la ville et… de continuer à embellir le métro parisien.

FWT Homepage Translator

Une réflexion sur “L’art urbain, sur toute la ligne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s