Streetphotography, like an electrochoc

Chulsu Kim est un chasseur d’image, il traque les expressions des passants dans les rue de Tokyo. Ses photos sont exposés à  #Photoquai, à Paris. Rencontre.

Chulsu Kim tracks down the face expressions of people in the streets of Tokyo. His photographs are exposed to #Photoquai in Paris. Meet.

« Ce qui compte c’est l’instant. » Chulsu Kim,  photographe autodidacte d’origine coréenne mais vivant depuis longtemps à Tokyo, photographie les passants, sur le vif, à l’instinct. « Quand une personne attire mon attention, avec une expression amusée, sérieuse ou triste, cela déclenche des choses en moi et je prends la photo. » explique ce trentenaire. Il est discret, utilisant un Iphone ou un Ricoh GR pour « que les gens gardent une attitude naturelle. »

Le portrait est son expression favorite et il mêle facilement ses enfants à ses photos de rue. « J’emmène souvent mon fils et ma fille dans mes journées photo » dit-il en souriant.

DSCF0031

Chulsu Kim and his pictures, Photoquai

La sensation de la photo

Chulsu est depuis 4 ans adepte de la photo urbaine instantanée. Ses références sont Daido Moriyama et de Tomatsu Shomei« J’ai reçu un électrochoc quand j’ai vu leurs photos et cela m’a donné envie d’en faire à mon tour. » dit-il.Comme ses maitres de la photographie japonaise, ce qui compte pour lui « c’est la sensation et le ressenti de chacun face à une photo et pas la compréhension didactique de l’histoire. »

Ils postent ses photos sur les réseaux sociaux. Les parisiens peuvent les voir face au Quai Branly, à l’exposition Photoquai, la cinquième biennale des images du monde. C’est en gagnant un concours organisé par EyeEM (sur 9000 participants) que Chulsu a pu venir à Paris, pour la première fois.

English Version

« What matters is now. »  Chulsu Kim, of Korean origin but living a long time in Tokyo, shoots passersby from life instinct. « When a person catches my attention with an amused expression, serious or sad, it triggers off things in me and I take the photo. «   He is discreet, using an iPhone or a Ricoh GR for « that people keep a natural attitude. « 

The portrait is his favorite expression, and easily mixes his children to his street photography. « I often take my son and my daughter in my picture days, » he said, smiling.

The feel of the picture

Chulsu is for 4 years fan of snap urban picture. His references are Daido Moriyama and Shomei Tomatsu. « I got a shock when I saw their photos and it made me want to make my turn. «   Like his masters of Japanese photography, which account for him  « is the sensation and feeling of each face to a photo and not didactic understanding of history. « 

They post photos on social networks. Parisians can view facing the Quai Branly, the Photoquai exhibition, the fifth biennial of world images. It is winning a competition organized by EyeEm (about 9000 participants) that Chulsu could come to Paris, for the first time.

FWT Homepage Translator

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s