Habiter autrement

L’habitat participatif est une façon différente de produire des logements. Les futurs habitants sont leur propre promoteur permettant de construire moins cher. A Ivry Sur Seine, à trois cents mètres du périphérique, dix maisons passives en bois viennent d’être livrées. Une aventure humaine riche… et longue.
Alain Costes, architecte de l

Alain Costes, architecte de l’opération et habitant de Coop Coteau © Valerie Baeriswyl

«Il faut être costaud ! On a tenu le coup et c’est une bonne surprise ! » constate, encore un peu incrédule, Elodie, habitante du Coop Coteau, à Ivry sur Seine. Paysagiste de métier, elle est à l’origine, avec Alain Costes architecte, de cette coopérative où les habitants ont choisi d’être les propres promoteurs. Ce terrain en pente, de 15 mètres de dénivelé (!), accueillent dix maisons passives en bois, un studio, une salle de réunion et un atelier de réparation vélo,

Cette forme d’habitat dit participatif est une autre façon de produire des logements. « Je voulais rester à Ivry mais acheter une maison au prix du marché n’était pas possible. » explique Elodie. Alors des familles, issues en majorité de l’habitat social, et qui ne se connaissaient pas, vont choisir de financer collectivement leurs logements. « Pour pouvoir emprunter, il faut un apport de 20%, détaille Alain, une somme impossible pour un tiers des familles. » Alors les plus fortunées apportent l’ensemble de la somme. Le taux de crédit est aussi mutualisé, permettant de bénéficier de conditions plus avantageuses. Mais rien n’est facile, un bras de fer est engagé avec les banques. « Ils nous considéraient comme des promoteurs classiques, refusant de comprendre cette nouvelle façon de construire et d’habiter. » se souvient Elodie. 

La force du collectif

Le terrain « très compliqué » cédé par la ville pour un prix modique, l’auto-promotion, le système constructif écologique à base de caissons en bois sur pilotis, une TVA à 5,5% sont autant d’éléments qui permettent de construire à 2800 euros par m2, soit la moitié du prix pour des logements neufs à Ivry.

V-BAERISWYL_VP#23_logement_Ivry-13

Un habitat économe et écologique, maison en bois, avec isolation à base de lin, pompe à chaleur performante, grandes fenêtres. © Valerie Baeriswyl

Le chantier terminé les habitants du Coop Coteau ont pris le relais et réalisé eux mêmes, pour une question de coût, leur aménagement intérieur. L’ensemble est esthétiquement homogène mais chaque maison, de 82 à 150 m2, a été conçue selon la façon de vivre de chacun. « Des familles avec des adolescents ont préféré que leurs chambres aient un accès facile vers l’extérieur » explique Léo, architecte de l’opération et qui a passé beaucoup de temps avec les futurs habitants. 

En bois, isolation à base de lin, une pompe à chaleur performante, de grandes fenêtres, les maisons offrent les garanties d’un habitat économe et écologique.

Les habitants du Coop Coteau ont travaillé ensemble entre trois à cinq ans pour que leur rêve devienne réalité. « Ce sont des militants qui ont une culture collective. Ils sont solidaires financièrement les uns des autres, ce qui n’est pas rien.» considère Alain. Pour Elodie « C’est une aventure humaine riche, même s’il faut parfois des heures de discussion pour arriver à un consensus. » Ensemble, ils ont voulu démontrer qu’une autre voie de conception de l’habitat est possible, loin de toute idée de spéculation. D’ailleurs il est interdit de revendre sa maison avant quinze ans (sauf force majeur) et seulement au prix du marché.

Merci à Valerie Baeriswyl pour les photos, prises en avril en phase chantier.

A Paris aussi

La ville de Paris a mobilisé trois terrains* pour des projets d’habitat participatif. Au total, 27 logements et 3 locaux partagés seront réalisés. Dans une première phase, 250 parisiens se sont montrés intéressés et ont constitué une trentaine de groupes. Ils ont suivi six longues phases de formation. « A la fin, les gens doivent être en capacité d’être maître d’ouvrage comme des professionnels. » explique Léo, architecte à l’atelier 15, qui accompagne la ville dans ce processus. Puis la mairie a retenu quatre groupes par terrain qui ont défini leur projet pour en septembre prochain n’en retenir qu’un seul. « C’est un gros succès, considère Léo, mais là nous sommes confrontés à des questions difficiles à résoudre. » Le chemin est encore long.

16 rue Armand Carel 75019
9 rue Gasnier-Guy 75020
20 rue Gasnier-Guy 75020

FWT Homepage Translator

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s