Urban factory

Des enfants, des street artistes, un quartier pauvre, une opération de Crowdfunding, et des murs qui deviennent oeuvres d’art, tels sont les ingrédients de la Borgo Vecchio Factory, à Palerme, en Sicile.

IMG_6504A deux pas du port de Palerme, le Borgo Vechio a mauvaise réputation. Dans ce quartier, composé de maisons basses aux murs décrépis, le chômage atteint 40% des actifs, l’accès à l’éducation est faible, les services publics ont déserté et le taux de criminalité est très élevé…

Et pourtant aujourd’hui quelque chose a changé : des animaux géants et des figures colorées recouvrent les murs. La Borgo Vecchio Factory est passée par là. Les enfants du quartier, aidés par des street artistes, ont réalisé peintures et dessins « qui ont été utilisés comme des esquisses des graffiti ensuite réalisés. L’aide de l’artiste était importante mais les enfants, entre 5 et 15 ans, ont été impliqués à chaque étape du processus de création. » explique Mauro Filippi, designer de métier, et initiateur du blog Street art Palermo qui a activement participé à la Factory.

Cette opération s’inscrit dans le programme « frequenza200 » un programme italien qui lutte contre IMG_6532l’abandon scolaire. Elle a duré 6 mois de novembre 2014 à Mai 2015 et a été financée par une campagne de Crowdfunding, qui a permis de récolter 8500€ (300 donateurs de 15 pays).

Changer de visage

« Faire financer par la communauté un projet de promotion sociale en utilisant le street art est assez novateur en Italie. » analyse Mauro.

Celui-ci travaille sur ces problématiques dans une start-up, PUSH, active dans le développement de solutions créatives et technologiques pour les villes intelligentes notamment pour améliorer les services de la citoyenneté. La « jeune pousse » a beaucoup participé à la Borgo Vecchio Factory.

L’artiste italien Ema Jons a été impliqué à plein temps pendant toute la durée de l’opération, puis d’autres artistes ont participé au fil des mois, dont l’artiste NemO’s de renommée internationale.*

Pour Mauro, ce projet a eu une répercussion positive sur le Borgo Vecchio. « Le quartier a changé de visage. Cela a contribué à lutter contre les préjugés qui lui sont attachés mais aussi cela a permis aux enfants de créer dans leur propre réalité. » Les habitants, partie prenante ou non du projet, commence à aimer cette nouvelle identité. « En créant une œuvre d’art publique, ils ont ainsi pu influencer leur environnement, prendre conscience de leur propre potentiel, et construire leur estime de soi. » dit-il avec optimisme.

FWT Homepage Translator

IMG_6511 IMG_6507IMG_6512

*Aris (http://www.aix-pb.com/), street artist from Viareggio (near Florence)

Alleg (https://www.flickr.com/photos/alleg/), an artist from the region of Abruzzo but living and working mainly in Rome.

Other two artist were involved: Vadis (https://www.facebook.com/danilo.vadis?fref=ts) from Como as well, and NemO’s (https://www.facebook.com/whoisnemos?fref=ts) from Crema (near Parma).

Some artists worked Independently in the area during the project, like Bloom and Sid  from Palermo, but they were not included in the project.

2 réflexions sur “Urban factory

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s