L’architecture au service des enfants autistes

Un institut médico-éducatif vient d’ouvrir à Boulogne Billancourt. Toute la conception architecturale a été pensée en fonction des troubles que rencontrent les enfants atteints d’autisme.

DSCF8353 Les sens et la perception chez les enfants ou adolescents atteints de troubles envahissant du développement ne fonctionnent pas efficacement : soit le système nerveux envoie trop d’informations soit trop peu. Ils ont des difficultés à interpréter l’espace, à lui donner une signification et favorisent le toucher, l’odorat et le gouter au détriment de l’audition et de la vue. Partant de ce constat, l’agence d’architecture, Créa7, a conçu, pour l’UGECAM île de France, un Institut médico-éducatif (IME) pour des jeunes de 12 à 20 ans à Boulogne Billancourt. Il y a 7 places en internat et 13 en accueil de jour.

Sur trois étages, soit 1200m2, les différents salles d’activités se déclinent en zones stimulantes, apaisantes, mixtes ou neutres. Le choix des matériaux, le traitement de la lumière et des couleurs donnent une identité à chaque espace pour une meilleure compréhension de lieux. Ainsi les enfants peuvent mieux se repérer et être plus autonomes. La notion de routine rassurante est au cœur de la conception architecturale. L’environnement doit être prévisible pour éviter de trop fortes angoisses. « Les couloirs ne sont pas rectilignes cela renforce l’agoraphobie, explique Stéphane, l’architecte du bâtiment. Aussi j’ai conçu des murs courbes avec un jeu de faux-plafonds rabaissés, des repérages sensoriels, des tons parfois neutres ou plus vifs… » Chaque entrée est marquée par des couleurs, des matières (laine de bois, panneaux de zinc, mosaïque, moquette, carrelage…) et des sensations différentes.

Des matières pour stimuler ou pour le repos

DSCF8365Dans les salles d’activités, côtés zones stimulantes, la lumière est naturelle avec accès au jardin, les couleurs chaudes, les revêtements au sol sont contrastés, les murs aimantés ou permettant l’usage de la craie. Sur les zones de repos, les textures sont absorbantes, les matériaux naturels et chaleureux, les couleurs douces avec un îlot acoustique minimisant les bruits.

DSCF8356

Fresque du street artiste Jean Moderne, RCF1

Implanté dans le quartier chic des Princes, l’immeuble de briques rouges creuses (moulées à la main!) avec un bandeau en éternit blanc se repère facilement dans le quartier.  « Il y a une perméabilité visuelle avec la rue » précise l’architecte. L’IME est accolé à un hôtel particulier fin XVIIIème en future rénovation. Pour l’heure, ce bâtiment est comme abandonné, avec de nombreux graffitis sur les murs. Le street art est aussi présent dans l’établissement par la création de RCF1, alias Jean Moderne, qui a peint le long du mur d’accès au sous-sol. Son œuvre apporte des formes rondes, de la couleur et même des notes de musique… De l’art pour les enfants autistes.

FWT Homepage Translator

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s